La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

familleRaymond Boulais, Sophie Baril et nos enfants.

Entreprise familiale de père en fils

Raymond Boulais a d’abord hésité au moment de choisir sa carrière.  Bien sûr, il y avait l’agriculture, mais la mécanique le passionnait tout autant.  Le destin fit en sorte qu’il se pencha vers l’agriculture, lui qui avait été élevé sur la ferme familiale. Il devient la 5e génération à s’établir sur l’entreprise.

 

Les embûches furent éprouvantes pour cet entrepreneur, qui, à 25 ans, dû conjuguer avec le décès de son père qui était très actif sur l’entreprise.  Aidé de son frère, ils ont réussit à garder le cap.  Plus tard, ce dernier décida de se retirer.  À ce moment Raymond, appuyé par sa conjointe Sophie Baril, a établi un plan pour passer la tempête.  Lui, avec son bagage en agriculture et ses études à l’ITA de Saint-Hyacinthe et elle, avec sa formation collégiale en administration et gestion, forment un duo très complémentaire.  Aujourd’hui, la ferme RS Boulais compte 110 kilos de quotas.

 

Une méthode, qui a porté fruit pour assurer la viabilité de l’entreprise suite aux imprévus, fut sans contredit la diversification de l’entreprise et l’ajustement de celle-ci à la réalité des marchés.  L’achat de quota se fait de façon continuelle.  Pendant 5 ans, Sophie a produit et commercialisé des pâtes alimentaires.  Raymond, lui de son côté, est devenu pareur d’onglons et il offre le service à plus de 25 producteurs.  Il est consultant, formateur et conférencier dans de nombreux domaines reliés à l’agriculture, comme le parage d’onglons, la détection des courants parasitaires et la santé du système mammaire. 

 

À la ferme RS Boulais, le bien-être animal fait partie des priorités des gestionnaires.  Plusieurs changements dans les dernières années en font foi.  La vacherie existante s’est vue revampée en élargissant les stalles, les animaux sont maintenant sur les matelas, l’éclairage a été optimisé, les abreuvoirs ont été changés.  Les vaches peuvent maintenant profiter d’un brumisateur et une méthode qui sert à la détection des courants parasitaires qui furent développés à la ferme puis finalement mis en marché.  Chaque vache reçoit une ration personnalisée suite à l’analyse des informations provenant des colliers de rumination.  Les vaches qui produisaient 20 kg par jour produisent maintenant 31 kg de lait par jour.

 

Chaque année, Raymond et Sophie reçoivent à la ferme des classes de jeunes étudiants.  Ils veulent ainsi démontrer aux générations futures que les animaux sont bien traités.  On leur enseigne aussi que les produits qu’ils se procurent à l’épicerie viennent en grande partie de ferme comme la leur.  Ils souhaitent aussi par la bande sensibiliser leurs parents à l’importance de l’achat local.

 

Raymond et Sophie ont un bagage au niveau de la mise en marché et de la diversification.  C’est au travers leurs expériences qu’ils ont pris conscience de l’importance de développer un excellent réseau de collaborateurs, de se démarquer, d’innover et de demeurer à l’affût des besoins des consommateurs.  C’est avec ces principes qu’ils gèrent aujourd’hui la Ferme RS Boulais au quotidien.

étable entravée, production laitièreétable entravée, production laitière

grande culturegrande culture

ffongicide sur mais ensilagefongicide sur mais ensilage